Grève de la faim des licenciés de Generali : Lettre de FO à l’Argus de l’assurance

Posté par fogenerali le 6 avril 2011

Lettre de Force Ouvrière à l’Argus de l’assurance
Grève de la faim des anciens salariés licenciés par Generali

Comme annoncé dans la lettre ci-dessous, nous publions sur notre site la lettre que nous avons adressée ce jour à l’Argus de l’assurance concernant un article paru le 1er avril 2011 sur la grève de la faim d’anciens salariés licenciés par Generali.

Jean-Simon Bitter
DSC FO chez Generali
28 rue des Petits hôtels
75010 Paris

Paris le 6 avril 2011

Monsieur,

Votre journal et vous-même avez couvert avec sérieux et objectivité la grève de la faim de plusieurs anciens salariés licenciés par le GPA en janvier 2007, une société du groupe Generali. Il s’agit en effet d’une situation dramatique qui soulève beaucoup d’émotion dans notre profession. Nous sommes extrêmement inquiets quant à la santé et même à la vie de nos anciens collègues.

Je vous écris parce que dans l’Argus du 1er avril 2011, vous publiez une interview de Monsieur Michel Estimbre DRH au sein de Generali sous le titre « Generali est prête à reprendre les anciens salariés en grève de la faim ». L’article comporte des inexactitudes qui pourraient porter préjudice aux salariés licenciés qui ont saisi les conseils de prud’hommes et même aux actuels salariés de Generali.

encartargus1.pngEn marge de l’interview il y a un encart qui indique que 222 salariés ont été licenciés en janvier 2007, c’est exact.

Mais ensuite il est indiqué, sans autres précisions, qu’un juge départiteur a débouté les ex-salariés de Generali de toutes leurs demandes ; c’est sans doute ce que veut faire croire la Direction de Generali mais c’est inexact.

Plusieurs anciens salariés licenciés en janvier 2007 ont saisi le conseil des prud’hommes avec l’assistance de notre syndicat Force Ouvrière. Ils ont tous obtenu gain de cause.

La société Generali Vie a été condamnée à payer aux salariés concernés des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse ainsi qu’au titre de l’article 700 du Code de Procédure Civile. L’exécution provisoire a été ordonnée ainsi que le remboursement aux organismes concernés des indemnités de chômage par Generali Vie.

Ces jugements ont été prononcés le 12 juin 2009 par le CONSEIL DE PRUD’HOMMES DE PARIS SERVICE DU DÉPARTAGE.

D’autres salariés ont obtenu gain de cause, d’autres ont été déboutés. Ils sont aujourd’hui tous dans la même situation puisque Generali fait appel systématiquement contre les décisions qui lui sont défavorables.

Quand notre syndicat FO a appris que certains des licenciés avaient engagé une grève de la faim, il a immédiatement réagi en déclarant que, dans tous les cas, ces salariés sont confrontés à la puissance financière et aux moyens considérables que Generali utilise pour les contrer, les poussant ainsi au désespoir.

Nous l’avons répété souvent, depuis des années notre syndicat FO réclame une négociation. Nos anciens collègues en grève de la faim demandent qu’une négociation s’engage enfin sous l’égide d’un médiateur. Nous avons appuyé de toute notre force cette demande mais la Direction de Generali refuse toute négociation.

titreargus2.png

Votre article reprend en titre et entre guillemets cette affirmation que « Generali est prête à reprendre les anciens salariés en grève de la faim ». Est-ce un effet d’annonce ou une proposition sérieuse ?

Generali a fait appel au cabinet Sodie du groupe Alpha pour proposer une aide aux 222 licenciés. Quelle aide ? Nous n’en savons rien puisque Generali refuse toute négociation et que sa décision est unilatérale. Que pensez-vous d’une entreprise qui refuse toute médiation, telle que le prévoit le Code du Travail, mais choisit elle-même son médiateur, sans aucune négociation ?

La proposition de reprise est-elle sérieuse ? Cette question se posait déjà en 2007 puisque la loi impose à un groupe de faire des propositions de reclassement aux salariés licenciés. Or Generali n’a fait que des propositions vagues, ni réelles ni sérieuses.

Notre syndicat FO maintient qu’il n’y a qu’une issue à cette situation dramatique : une négociation loyale, en présence d’un médiateur indépendant, pour une indemnisation transactionnelle.

J’espère que vous tiendrez compte de ce courrier dans vos prochains articles ou que vous le publierez.

Mais le temps presse. Quand il y a des actions désespérées comme une grève de la faim, chaque jour compte. Notre syndicat FO publiera ce courrier sur nos sites http://foassurances.unblog.fr et http://fogenerali.fr et le portera à la connaissance des salariés.

Je vous adresse mes salutations distinguées.

Jean-Simon Bitter
DSC FO Generali

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE         fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus