Grève de la faim des licenciés de Generali : ouverture de négociations !

Posté par fogenerali le 14 mars 2011

Grève de la faim des licenciés de Generali : ouverture de négociations !

La Direction peut-elle continuer à ignorer cette demande ?

Cliquez ici pour ouvrir la lettre et la lire ! Notre syndicat FO a écrit le 7 mars à Claude Tendil.
C’est Germain Ferec qui a répondu, à sa place, par une
longue lettre de quatre pages pour refuser la négociation.

La grève de la faim est un acte désespéré auquel ont été conduits des collègues qui, cherchant a défendre leurs droits, se heurtent à la puissance financière et aux moyens considérables de Generali.

Dans son courrier, Germain Ferec cherche à les écraser encore plus en qualifiant de  » petite minorité  » les 239 salariés commerciaux qui ont refusé la modification de leur rémunération et en prétendant mensongèrement que l’accord sur les rémunérations a été signé par des syndicats  » représentant près de 90 % des voix collaborateurs concernés « .

En réalité les syndicats non signataires (FO et UNSA) représentent plus de 35 % des voix (17,73 % pour FO) et un des signataires, la CGT,  a dénoncé l’accord en déclarant se  » retirer du consensus « .

Germain Ferec termine son courrier dans les termes suivants :  » J’ajoute qu’il relève de votre éthique de ne pas encourager, de quelque façon que ce soit, de tels comportements « . Et il adresse copie aux délégués centraux de tous les syndicats. C’est la recherche d’un consensus contre nos collègues et  » leurs comportements « .

Nos collègues souffrent, leur santé et leur vie sont menacées. Et la Direction Generali cherche à réunir un consensus contre eux. C’est honteux.

Ils ne réclament qu’une chose : l’ouverture de négociation sous l’égide d’un médiateur.

C’est leur demande.

La Direction de Generali peut-elle continuer à ignorer cette demande ?

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE        fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus