• Accueil
  • > Archives pour février 2010

Ibtissem doit être rétablie dans son emploi chez Generali

Posté par fogenerali le 23 février 2010

Tract FO Generali du 16 février 2010

Notre syndicat FO a distribué un tract ( voir le tract ) sur le site de Saint-Denis mardi 16 février 2010. Ce tract a été transmis pour diffusion par mail à tous les salariés des pôles opérationnels et fonctionnels.

Notre syndicat FO revendique le maintien dans son emploi de notre collègue Ibtissem qui est victime de l’arbitraire.
Ibtissem a été contrainte de saisir les prud’hommes. Elle a le soutien de la fédération FO qui souligne que ni contrat de travail, ni les courriers prétendant y mettre fin ne sont conformes au droit du travail.

Les sociétés de Generali continuent à utiliser l’enseigne de l’UES, qui n’a pas la personnalité morale, pour établir les contrats de travail et leurs avenants et ce, en contradiction avec les décisions de justice.

Le Tribunal de prud’homme saisi en référé a mis l’affaire en départage au 18 mai 2010.

Notre syndicat FO maintient ses démarches, auprès de la Direction, pour obtenir le maintien d’Ibtissem dans son emploi.

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE          fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 3 - Tracts | Commentaires fermés

Assemblée Générale des services corporels de Generali à l’initiative de FO

Posté par fogenerali le 18 février 2010

Assemblée Générale des services corporels du 11 janvier 2010

Compte rendu :

Les salariés des services corporels étaient conviés à  une assemblée, à  l’initiative de FO, le 11 janvier 2010, salle Atlantique à  Saint-Denis.

Nous étions environ 70 présents et pour la première fois ceux de l’Equité avec ceux de Generali IARD, les gestionnaires et les inspecteurs. La réunion a duré 1 heure dans une ambiance de grande attention mais le manque de temps n’a pas permis d’aborder suffisamment la question des conditions de travail qui se sont profondément dégradées.

Le syndicat FO a ouvert la réunion en rappelant :

Les conditions de la consultation du comité d’entreprise (informations erronées et contradictoires …). Même les syndicats qui estimaient pourvoir rendre un avis dans ces conditions dénoncent cette réorganisation désastreuse et les déqualifications qui en résultent. Parallèlement un projet est en cours concernant les inspecteurs qui comporte de grands dangers tant pour cette catégorie que pour l’image de la société. Cette réorganisation n’a pas été soumise au CE.

L’illégalité des lettres d’affectation de juillet/août à en-tête de l’UES, qui ont été remises aux salariés sans que l’entretien individuel prévu ait lieu et contrairement a ce qui avait été dit au CE.

Les assemblées qui ont abouti à  la formulation des revendications :

  • annulation des lettres d’affectation
  • respect des qualifications inscrites dans les fiches de fonction
  • garantie d’aucun déclassement et maintien de la classe 5 au minimum
  • garantie du maintien de l’activité sur le site de Saint-Denis
  • requalification des contrats précaires en CDI
  • une réponse écrite sur les pouvoirs de règlement et en tout état de cause : aucune sanction en cas de dépassement

Ces revendications soutenues par le syndicat FO, que les autres syndicats ont refusé de reprendre, ont été présentées au CE puis lors d’une réunion avec Messieurs Guerrier, Coget et Bonnet et Guerrier qui ont fait un procès d’intention contre FO. Ce qui a conduit à  la demande d’une réponse écrite qui n’est toujours pas faite.

Une salariée est intervenue pour informer que les pouvoirs de règlement ont diminué ce qui représente encore une déqualification.

Le syndicat FO a également informé que notre syndicat avait été par l’inspection du travail qui a été très attentive à notre argumentation.

FO ne peut croire que la désorganisation actuelle soit involontaire. Des centaines de dossiers de retard, des effectifs non adaptés à  la charge de travail. Y a-t-il un projet caché d’externalisation ?

Le syndicat FO a réaffirmé les revendications et s’est déclaré attaché au respect des périmètres des conventions collectives (celles des gestionnaires et des inspecteurs) qui définissent des métiers distincts et complémentaires qui doivent être respectés.

Un syndicat est intervenu pour contester certaines revendications comme celle d’annulation des lettres d’affectation mais reconnaître qu’il y avait déqualification et dire qu’il serait reçu prochainement par M. Bonnet.

Les interventions ont exprimé l’exaspération des salariés quand à  leurs conditions de travail et la désorganisation actuelle. Leur volonté de voir reconnue leurs réelles qualifications professionnelles et leurs spécificités, le soutien aux revendications.

Le syndicat FO a expliqué qu’il constatait que même les syndicats qui avaient au départ accompagné la restructuration la contestaient maintenant. Il a indiqué qu’il existe en droit du travail une procédure de droit d’alerte qui peut alors être engagée si une majorité du comité le décide, ce qui permettrait d’obtenir une expertise comme FO l’avait réclamé, sans être entendu, lors de la consultation

Les revendications ont été confirmées et les salariés présents ont voté à  l’unanimité la réclamation de l’annulation des lettres d’affectation et le retour à  une organisation classique, comme précédemment, en grave et non grave.

Le syndicat FO a précisé qu’il prendrait la responsabilité d’un appel à un débrayage si la Direction s’obstinait à ignorer les revendications.

Constatant que la Direction reçoit séparément plusieurs syndicats, le syndicat FO s’adresse à  la Direction pour lui dire que ce qui importe c’est que les revendications déposées et confirmées par notre assemblée fassent l’objet d’une réponse écrite positive.

Notre syndicat FO attend une telle réponse avant le 8 mars 2010.

Pour le syndicat FO
Jean-Simon Bitter
DSC cgt-FO

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE           fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 1 - Revendications | Commentaires fermés

FO Generali refuse d’entrer dans le jeu des affrontements intersyndicaux

Posté par fogenerali le 10 février 2010

Proposition de rencontre intersyndicale chez Generali

Courriel FO adressé le 10/02/10 aux Délégués Syndicaux Centraux des O.S de Generali

Chers camarades,

Comme annoncé, notre syndicat FO vous propose de nous rencontrer.

Notre syndicat FO a fait l’objet d’attaques qui sont contraires aux relations qui devraient exister entre syndicats. Nous refusons d’entrer dans ce jeu et de nous résoudre à des affrontements de cette nature.

Nous n’avons pas tous les mêmes conceptions de l’action syndicale mais cela est conforme à la démocratie.

Rien n’empêche que nous trouvions un accord sur les institutions représentatives du personnel.

Vous savez que les demandes de notre syndicat FO visent à une représentation proportionnelle aux voix recueillies au sein du CCE et à des modalités électorales pour les CHSCT conformes au droit du travail. D’ailleurs la Direction a accepté ce dernier point.

Nous sommes tous en négociation le 11, nous pourrions alors fixer une date en commun. Si la réunion se termine tôt pourquoi pas dans la foulée ?
Sinon c’est possible pour notre organisation le lendemain.

Salutations syndicalistes.

Jean-Simon Bitter
DSC Cgt-FO
   

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE          fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 1 - Revendications | Commentaires fermés

FO Generali demande une issue négociée aux procédures prud’homales

Posté par fogenerali le 3 février 2010

Au nom de la démocratie, une issue négociée !

Déclaration FO au comité d’établissement de Generali Proximité :

Les élus et représentant du SYNPA FO du comité d’établissement de Generali Proximité et le syndicat FO s’alarment à propos du cas de nos collègues du GPA, licenciés à la suite de l’accord de 2006 sur la  nouvelle rémunération.

Près de 100 salariés ont saisi les prud’hommes pour obtenir réparation.

Même quand ils obtiennent gain de cause, la direction de Generali fait appel.

Les salariés qui saisissent les prud’hommes avec leurs syndicats FO ou UNSA n’ont pas la puissance financière de Generali, qui elle, peut les contester sans que le coût soit sensible pour cette puissante société.

Il y a une immense  inégalité, c’est contraire à la démocratie.

Les salariés licenciés sont en grande difficulté.

Les élus et représentant du SYNPA FO du comité d’établissement de Generali Proximité  demandent  solennellement à la direction de se déclarer  prête à une négociation, afin d’aboutir à  une issue transactionnelle à ces procédures pour tous les salariés concernés et dans leurs intérêts.

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE          fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 1 - Revendications | Commentaires fermés

FO Generali réclame de réelles négociations sur les salaires 2010

Posté par fogenerali le 3 février 2010

Tract FO Generali du 1er février 2010

Notre syndicat FO a distribué un tract ( voir le tract ) sur le site de Saint-Denis mardi 2 février 2010. Ce tract était manifestement très attendu par les salariés qui sont indignés par les polémiques intersyndicales et savent qu’ils peuvent compter sur notre syndicat FO pour défendre des revendications et faire des propositions conformes à leurs intérêts.

Notre tract reprend les articles déjà publiés sur notre site, sur les salaires  qui concerne à la fois les salariés commerciaux et administratifs, sur les risques psychosociaux et sur l’accord visant les Chargés de Relation Clientèle.
Il donne aussi une première explication à propos du tract étrange et mensonger intitulé  » à quoi jouer le syndicat FO ? « . et invite les salariés à consulter notre note sur le présent site.

Ce tract a été transmis à la Direction de Generali pour diffusion par mail à tous les salariés administratifs le 3 février 2010 à 7 heures 15.

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE          fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 3 - Tracts, 9 - Risques psycho-sociaux | Commentaires fermés

Deux arrêts importants sur le harcèlement et ses conséquences chez Generali

Posté par fogenerali le 1 février 2010

Deux arrêts importants sur le harcèlement

La Cour de cassation a décidé pour la première fois, dans deux arrêts du 10 novembre 2009 (arrêt  n° 2245 et arrêt n° 2246) que le harcèlement peut résulter de la mise en œuvre de certaines méthodes de gestion même sans intention du nuire.

La définition du harcèlement moral est inscrite à l’article L 1152-1 du Code du travail. Elle vise des agissements ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité du salarié, d’altérer sa santé ou de compromettre son avenir professionnel.

Il peut donc y avoir harcèlement du fait de l’employeur même si ce n’est pas sa volonté. En effet, il a pu mettre en place des méthodes de gestion qui dégradent les conditions de travail, non dans le but de nuire, mais seulement, par exemple, dans celui de rentabiliser.

Ces arrêts sont très importants dans une situation où les restructurations se succèdent au mépris des intérêts des salariés qui subissent une déqualification professionnelle, des conditions de travail de plus en plus pénibles, sont soumis à des procédures humiliantes et stressantes de contrôle et sont exposés au risque de sanctions ou de licenciement pour insuffisance professionnelle.

Une conséquence concrète sur les risques psychosociaux chez Generali

Cette question relève de ce qu’on appelle les risques psychosociaux qui ont fait l’objet de négociations chez Generali (cette négociation est demandée par les pouvoirs publics).

La délégation FO a demandé à ce que l’employeur s’engage à soumettre toute restructuration importante à une consultation préalable du CHSCT et à une expertise sur les risques que cette restructuration comporte sur le moral et la santé des salariés.

La Direction de Generali a refusé et veut tout ramener à la détection des risques psychosociaux sans jamais remettre en question une organisation du travail.
Elle veut mettre en place des réseaux d’alerte en transférant sa responsabilité sur les représentants du personnel et les managers commerciaux ou administratifs.

Ce dernier élément est particulièrement grave.
Qui est responsable du harcèlement ? L’employeur qui a décidé la restructuration ou le manager qui est chargé de sa mise en œuvre ?
Pour notre syndicat FO, c’est l’employeur et lui seul puisqu’il refuse de soumettre la restructuration et ses méthodes de gestion à une expertise préalable. D’ailleurs les managers sont eux-mêmes des victimes potentielles de ces méthodes.

Depuis des années notre syndicat FO dénonce le fait que l’individualisation, les sous-effectifs, les mesures de contrôle individuel et collectif conduisent à la souffrance des salariés. C’est pourquoi nous avons réclamé le retour aux droits collectifs et la satisfaction des revendications.

Nous maintenons qu’un accord sur les risques psychosociaux ne peut pas être accepté s’il ne reconnaît pas ces faits et n’impose pas à l’employeur la consultation préalable du CHSCT avec expertise.

Retour à l'accueil ALLER A LA PAGE D’ACCUEIL DU SITE          fo.jpg VOIR TOUS LES ARTICLES FO GENERALI

Publié dans 1 - Revendications, 4 - Droit du travail, 9 - Risques psycho-sociaux | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus